Chardon-marie, plante protectrice du foie

Nom latin:   Sibylum marianum ex-Carduus marianus

Les noms populaires: chardon-marie, chardon argenté, chardon de Notre-Dame ou artichaut sauvage.

La légende du Moyen-Age raconte que les marbrures blanches des feuilles provenaient des gouttes de lait de la Vierge Marie.

Ses propriétés

  • racines et parties aériennes: propriétés apéritive, tonique, fébrifuge et résolutive.
  • feuilles: propriétés tonique, cholagogue laxatif, stimulant gastrique et diurétique. 
  • graines: propriétés tonicardiaque, hypertenseur.

A quoi ressemble-t-elle?

Appartenant à la famille des Astéracées, cette plante bisannuelle dispose de gros capitules de fleurs rouges isolées à l’extrémité des rameaux, des feuilles larges et lobées, bordées de pointes épineuses et parcourues par des nervures blanches, des fruits surmontés d’une aigrette de poils. Les tiges peuvent atteindre 1.50 m. Ses feuilles sont luisantes et à épines jaunes très piquantes.

Où pousse-t-elle?

Le chardon-marie pousse de l’Europe méridionale, de l’Afrique septentrionale jusqu’en Asie occidentale. Elle adore les rocailles, les terrains incultes ou les chemins proches des villages et des cultures.

 

Tout se mange dans le chardon-marie

Les jeunes feuilles peuvent être mangées en salade. Les racines sont employées pour faire des ragoûts. On en fait aussi des confitures. (G. Bonnier)

Les capitules se mangent quelquefois en guise d’artichauts.

Les graines peuvent être saupoudrées sur les salades ou les plats àl’aide d’un poivrier.

La saveur des différentes parties de la plante rappelle celle des cardons.

Les larges feuilles de la rosette se récoltent au début du printemps et parfois à l’automne. Mises de côté quelques heures, il sera alors plus facile de découper leur pourtour épineux. Les racines se récoltent à la fin de la première année.

Recette de feuilles de chardon-marie à l’ail (Mireille Sicard)

  • cinq  grandes feuilles de chardon marie
  • huile d’olive
  • cinq  gousses d’ail
  • thym

Découper le limbe et les côtes des 5 grandes feuilles de chardon marie. Dans une sauteuse, mettre l’huile d’olive, faire dorer les gousses d’ail hachées, ajouter les feuilles et les côtes  et le thym émietté. Faire cuire à feux doux pendant 20 minutes. Ajouter de l’eau si besoin.

(Sauvages et comestibles, Marie Paume, Chassons le naturel. Edisud.)

Quel principe actif spécifique?

  • La cnicine dans les feuilles
  • La tyramine dans les graines
  • Les flavonolignanes sont hépatoprotecteurs (silymarine, mélange de lignanes)

Au cours de l’Histoire, la plante a été cultivée à la fois comme légume, comme plante médicinale  et pour l‘ornement.

Elle a été fortement utilisée dans les maladies du foie, de la rate, l’hydropisie , la jaunisse, la constipation chronique, les calculs biliaires, la dysménorrhée, l’influenza et la métrorragie. On l’utilisait également autrefois pour soigner la dépression.

Actuellement, le chardon-marie est surtout utilisé en cas d’intoxication par l’alcool ou par des substances toxiques.

Au début du 20ième siècle, c’est comme tonivasculaire que le chardon-marie retrouve ses lettres de noblesse. La tyramine contenue dans la plante permet en effet d’augmenter le pression sanguine. Le chardon-marie rend également de nombreux services dans l’hypotension permanente, dans les migraines, les affections hépatobiliaires, les maladies infectieuses, le surmenage intellectuel…

La médication présente , en outre l’avantage d’être exempte de toute toxicité et de pouvoir être continuée aussi longtemps qu’il est nécessaire, sans jamais substituer à l’hypotension de réaction hypertensive (H. Leclerc).

Le chardon-marie dispose également de vertus hémostatiques et s’est montrée efficace dans les hémorragies les plus diverses.

Le chardon-marie a une fonction de drainage et de protection du foie et de la vésicule biliaire. La plante est indiquée dans les atteintes aiguës de la cellule hépatique ( hépatites virales, toxiques, médicamenteuses) mais aussi en prévention. Il est prescrit par les phytothérapeutes dans les états congestifs chroniques du foie, les troubles digestifs fonctionnels. Le chardon-marie est régulièrement associé avec un draineur hépatique (fumeterre, radis noir ou artichaut).

Le chardon-marie peut se révéler également très utile lors d’un traitement anticancéreux (chimiothérapie) car il atténue les effets nocifs de traitements chimiques sur le foie et limite les effets secondaires (nausées, vomissements, …)

Il était utilisé autrefois en cas d’intoxication par des champignons vénéneux.

Dans les plantes associées aux phases, le chardon-marie soutient le foie et stimule sa régénération tissulaire tout en poursuivant la fonction d’élimination de toxines. Le chardon marie est l’une des rares plantes réparatrices du parenchyme hépatique.

Le chardon-marie est atoxique et le traitement peut être prolongé en traitement d’un mois et demi.

Mode de prise

Extrait sec 400 mg deux fois par jour pendant six semaines en cures espacées

Si vous êtes sous THS (traitement hormonal de substitution lors de la ménopause), prenez 200 mg trois fois par jour entre les repas pendant 6 à 8 semaines puis passez à 280 mg par jour répartis en plusieurs prises.

En teinture-mère : à raison de 30 gouttes 2 à 3 fois par jour dans un verre d’eau.

En décoction: en faisant bouillir 1 cuillère à café de graines dans la valeur d’une tasse d’eau pendant 5 minutes, puis en laissant infuser 5 minutes encore avant de filtrer 2 à 3 tasse par jour.

Bien précieux pendant les fêtes … une petite cure permettra de mieux se remettre des excès. En cas de gueule de bois, n’hésitez pas à en prendre 2 gélules au réveil.

Si vous souhaitez activer la sécrétion de lait, faites des infusions de fleurs séchées à raison de 1 cuillère à café pour 1 tasse d’eau bouillante à laisser infuser 10 minutes à 1/4 heure.

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *