Principes actifs des plantes

Petit lexique des principes actifs des plantes pour les nuls

Voici en résumé les principaux principes actifs présents dans les plantes et qui ont un effet sur notre organisme. Les plantes sont en effet de véritables petites usines biochimiques qu’il faut prendre un peu de temps à étudier.

Savez-vous que la composition d’une infusion de sauge prend facilement une page ?

Savez-vous que si on met plusieurs plantes dans une seule infusion, alors la description des synergies qui existent entre elles peut prendre plusieurs pages? Bref, hormis pour les biochimistes passionnés, rien de bien passionnant pour le quidam MAIS connaître les principes actifs permet d’éviter les erreurs de plantes, d’opérer un meilleur choix dans celles-ci et au final d’obtenir de meilleurs résultats!

Et hop, on est partis pour la liste des principaux actifs :

Acides aminés

Un acide aminé ne peut être synthétisé par l’organisme ou il l’est de manière insuffisante. Un apport suffisant d’acides aminés doit donc être véhiculé par l’alimentation. Il est donc important de prendre ou de maintenir des habitudes alimentaires de qualité.

Les plantes contient plusieurs types d’acides aminés. Ces acides sont essentiels pour les phases de croissance , de développement et de formation des fruits. Ils sont également très importants lorsque le gel ou la sécheresse modifient la capacité de synthèse de la plante. Et vous savez quoi? Les mêmes effets se produisent chez les être humains!

La plante phare dans la catégorie ‘acide aminé’ : l’aloë vera

Alcaloïdes

Les alcaloïdes forment un groupe très large et sont des molécules très puissantes du fait de leur structure pharmaceutique complexe.

La consommation de plantes contenant des alcaloïdes doit se faire sous surveillance médicale: en effet, beaucoup d’alcaloïdes sont toxiques et mal dosés peuvent entraîner la mort. Ils entraînent par ailleurs des effets secondaires importants sur le corps: sédation, troubles nerveux,…. Généralement utilisés dans des pathologies lourdes, ce sont d’excellents antidouleurs mais pris à trop fortes doses, ils peuvent provoquer un arrêt cardiaque. C’est le cas par exemple de la morphine qui a été le premier alcaloïde isolé dans l’opium vers 1805. Dans le palmarès des plantes contenant des alcaloïdes, on citera la théine, la caféine, le curare  ou la nicotine: nul besoin de vous dire que leur consommation entraîne la dépendance.

Le bon sens populaire rappelle leur toxicité: ainsi la belladone est appelée l’herbe empoisonnée et l’aconit napel, la tue-loup.

Anthraquinones

Certaines plantes sont constituées essentiellement de ce composé: le séné, la rhubarbe ou les lichens. Les anthraquinones ont un effet irritant et laxatif sur les intestins. Ils seront donc utilisés comme des laxatifs mais sur du court terme. Elles ont pour effet d’hydrater la masse fécale et une augmentation des contractions musculaires de l’intestin , appelées le péristaltisme de l’intestin.

Anthocyanes

Les anthocyanes donnent aux fruits et fleurs leur teinte rouge, pourpre ou bleue  (myrtilles, mûres,…) Ces puissants antioxydants nettoient l’organisme des radicaux libres, protègent l’organisme du stress oxydatif et sont d’excellents garants d’une bonne circulation notamment dans la région du cœur ou des extrémités (mains, pieds et yeux)

Les plantes phares dans la catégorie: la myrtille, la vigne rouge, la mauve, le bleuet ou l’ aubépine.

Coumarines

Les coumarines se décrivent comme une substance odorante et aromatique qui se retrouvent dans de nombreuses et diverses espèces végétales comme la fève Tonka, l’aspérule odorante ou la cannelle de Chine.

Le coumarin rappelle la vanille et le foin fraîchement coupé.

Leurs propriétés et effets sont également très variés. Le céléri soigne les affections de la peau. Le mélilot ou le marron d’Inde aident à fluidifier le sang. De manière générale, la coumarine possède des propriétés antispasmodiques, sédatives et légèrement antiseptiques.

Elles sont largement utilisées en parfumerie.

Flavonoïdes :

Les flavonoïdes contribuent à colorer les fruits et légumes en jaune ou en blanc. Il s’agit de pigments qui colorent la plante et qui ont de nombreuses vertus.

Les flavonoïdes sont  des molécules très réputées pour leurs vertus antioxydantes. Le meilleur exemple en est le citron qui répandu en jus, sert à éviter l’oxydation des aliments (pommes pelées par exemple)

Les flavonoïdes sont d’excellent protecteurs contre les radicaux libres : ils permettent de lutter contre l’altération des fibres de collagène et ralentissent ainsi le vieillissement de la peau.

Les flavonoïdes ont également des propriétés anti-inflammatoires. A leur tête, on citera le persil, le plantain, l’achillée millefeuille, le romarin, la passiflore.

Ils ont également un excellent rôle à jouer sur le système circulatoire: par exemple, l’hamamélis.

Un flavonoïde, répondant au doux nom de lutéoline, joue un rôle d’antioxydant, prévient des inflammations et régule le système immunitaire. Le trèfle rouge aide à lutter contre les symptômes de la ménopause.

On citera enfin tout ce qui peut être consommé sans restriction dans cette catégorie : le persil, l’origan, le thym, la menthe poivrée, le romarin et le pissenlit

Glucosides ou hétérosides

Il existe trois types de glucosides, nées de la condensation d’un sucre:

  • les glucosides cardiaques qui aident à réguler les battements cardiaques, leur action est directe et puissante. Ils sont un bon soutien en cas de cœur faible. Il va sans dire que ces plantes sont vendues uniquement dans un but d’ornemental et sont classées dangereuses. Elles ne peuvent en aucun cas être consommées On citera ici le muguet ou la digitale.
  • les glucosides cyanogéniques : comme leur nom, l’indique, ces substances sont à base de cyanure, un poison extrêmement violent. Prises à petite dose, elles ont néanmoins un effet sédatif et relaxant sur le cœur et les muscles et ont aussi un effet calmant sur les toux sèches. Il s’agit des feuilles de sureau, l’écorce de cerisier ou l’amande de l’abricot.
  • les glucosides anthracéniques qui sont composés d’anthracène, une molécule molécule à propriété laxative et purgative voir Anthraquinones

Glucosinolates

Ces substances sont présentes uniquement dans la famille des brassicacées comme les moutardes,  les choux ou les radis. Appliqués comme cataplasme sur les articulations douloureuses, ils provoquent un effet irritant sur la peau, augmentent le flux sanguin et permettent au corps d’éliminer les toxines responsables de douleurs à l’endroit traité (arthrose, mastite, goutte).

Lorsqu’on mange des aliments contenant des glucosinolates, on reconnaît tout de suite leur goût piquant et prononcé comme le goût du radis noir.

Huiles essentielles

Les huiles essentielles des plantes sont le résultat d’une distillation. Elles font l’objet d’un domaine à part dénommé l’aromathérapie. Les huiles essentielles sont des composants  très importants des plantes dont elles s’éloignent largement de par leur particularité de composé volatile: l’huile essentielle peut être totalement différente de la plante entière dont elle provient. Les huiles essentielles contiennent un grand nombre de composés variés dont les vertus sont très variées: digestives, antiseptiques, calmantes, anti-inflammatoires,…

Il est difficile de citer le top cinq des huiles essentielles car il en existe énormément mais on peut retenir les suivantes dans la pharmacie familiale: la lavande officinale, l’arbre à thé, la camomille romaine, l’hélichryse italienne et l’eucalyptus radié.

Minéraux

Les minéraux sont essentiels pour être en bonne santé. De nombreuses plantes médicinales sont très riches en minéraux. Elles les tirent du sol et les transforment en substances aisément assimilables par l’organisme. De nos jours, trop d’aliments sont raffinés et donc sont pauvres en minéraux. Les minéraux entrent dans la composition intime de tous les tissus du corps. Une partie importante des minéraux est concentrée dans certaines structures telles que les os, les dents, les ongles et pour une moindre part, dans les muscles, le sang, etc.

Au palmarès des minéraux, on citera la prêle, le pissenlit, le chou, le fucus ou l’ortie.

Polysaccharides

Les polysaccharides sont des molécules complexes de sucre que l’on trouve dans toutes les plantes. Les plus importantes sont les gommes et les mucilages qui gonflent au contact de l’eau froide en prenant une consistance gélatineuse et parfois collante. Ces gels gonflants de fluidification ou de lubrification sont intéressants de par leur capacité d’absorption d’eau qui a un effet calmant, cicatrisant et anti-inflammatoire. Ces gels soignent aussi bien en externe des plaies, des brûlures, que des plaies internes comme des ulcères ou des gastrites: de cette manière, le mucilage garnit les parois du système digestif et protège des attaques acides ou des irritations. Mais cette action protectrice s’étend également aux muqueuses de la gorge, des poumons, des reins et des conduits urinaires.

Au top cinq des polysaccharides, on citera les graines de lin, le psyllium, les graines de chia, la racine de mauve et l’orme rouge.

Principes amers 

Déjà appelés ‘principes amers’ ou ‘substances amères’ dans les anciens traités médicaux, ils portent le nom scientifique de lactones sesquiterpéniques. Ces principes amers ont tous un point commun: l’amertume de leurs goûts. La substance amère permet notamment une salivation excessive qui déclenche le processus de digestion. Ils sont conseillés dans des cas de digestion difficile ou même d’anorexie. Hormis leur rôle de facilitateur de digestion, ils cumulent également les propriétés antibactérienne, antifongique, dépurative, anti-inflammatoire et antiparasitaire.

Polyphénols

Les polyphénols dont de grandes molécules constituées d’un assemblage de molécules plus petites, les phénols. Les polyphénols sont présents en grande quantité dans le vin rouge ou dans le thé vert: ils agissent essentiellement comme antioxydant naturel utilisée dans le traitement de nombreuses pathologies.

Phénols

Roulement de tambour! Les phénols sont les composés anti-inflammatoires et antiseptiques par excellence lorsqu’ils sont pris en interne. Inversement pris en externe, ils irritent la peau. On les appelle également acide phénique ou encore acide carbolique. C’est la plus simple molécule de la famille des phénols. Ils jouent un rôle de drainage et ont une action hépatique et rénale également. Ils sont utilisés pour diminuer des douleurs: c’est le cas de  l’acide salicylique, l’ancêtre naturel de l’a-spirine qui se retrouve notamment dans le saule blanc, la gaulthérie ou la reine des prés. Ils aident aussi au traitement de différentes infections: c’est le cas du romarin ou du thym qui contiennent de l’acide rosmarinique, un puissant désinfectant, anti-inflammatoire et antiviral.

Dans la famille des fruits et légumes, on retrouve les phénols dans la poire, la myrtille, la pomme, l’orange, la pomme de terre, la cerise, le raisin, le café, etc.

Saponosides ou saponines

Dans saponines, on entend le terme savon: ils se dissolvent dans l’eau en formant des solutions moussantes. Ils constituent un vaste groupe d’hétérosides très fréquents chez les végétaux. Ils ont des propriétés tensio-actives, anti-inflammatoires, anti-œdémateux, antimycosiques et expectorantes.

Les saponines existent sous deux formes : les stéroïdes et les triterpénoîdes. Les stéroïdes ressemblent de par leur structure aux hormones humaines (œstrogène, cortisone). Les  plantes qui en contiennent ont donc un effet sur l’activité hormonale comme par exemple l’igname sauvage. La réglisse par contre qui contient Les triterpénoîdes contenus dans la réglisse lui donnent des propriétés expectorantes. Enfin, les nombreux composés terpéniques sont employés en parfumerie ou dans diverses autres industries.

Dans le palmarès des saponosides, on retrouve les plantes suivantes:  le fragon, la saponaire, le mélilot, le réglisse, l’éleuthérocoque et le desmodium.

Stérols

Les stérols sont des substances lipidiques qui  ont des vertus hormonales et piègent notamment le cholestérol alimentaire.

On retrouve des stérols dans le pissenlit.

Tanins

Les tanins se trouvent dans toutes les plantes, mais dans des quantités plus ou moins élevées. Toutes les parties des plantes (écorces, racines, feuilles, etc) en contiennent. Les tanins donnent un goût amer aux plantes et les insectes et le bétail ne peuvent pas les consommer. Plus la plante est astringente, moins elle sera consommée. Les tanins contractent les tissus, ils sont astringents, ce qui signifient qu’ils provoquent une sensation de dessèchement de la bouche lorsqu’on les consomme (c’est le cas par exemple des pépins de raisin très riches en tanins). En raison de leurs vertus spécifiques, les tanins ont été utilisés depuis des milliers d’années dans le domaine de la tannerie (c’est la cas du chêne ou de l’acacia). Normal, ils contractent les protéines entre elles et les lient. En herboristerie, ils sont donc utilisés pour diminuer ou stopper les hémorragies. Les tanins permettent également de réparer les peaux infectées d’eczéma, de boutons, de plaies,…  Pris en interne, ils sont également très efficaces contre les diarrhées.

Vitamines

De nombreuses plantes contiennent des vitamines indispensables au bon fonctionnement de notre corps. Elles interviennent en faible concentration dans de nombreux processus vitaux et elles sont apportées par l’alimentation.

Citons le citronnier, l’argousier, le cresson ou le cynorrhodon.

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *